Occupations anarchiques des trottoirs : Malgré la thérapie de choc, le mal s’empire

trottoirs

Dans la commune d’Adjamé, les trottoirs sont inexistants.

Destinés à la circulation des piétons, les trottoirs des routes ivoiriennes ont été détournés de leur utilisation première. Des occupants gênants y ont établi leur siège. Cette occupation anarchique Abidjan911-Logo-Citoyen-Pastille-01-e1464346018591fortement décriée, est souvent à l’origine d’accidents tragiques.

On use des coudes, poussettes…On se faufile entre les gens pour se frayer un chemin. Nous ne sommes ni au stade encore moins dans une fête populaire. Mais en plein centre d’Abidjan précisément à Adjamé-Liberté.
Ici, les gares routières sont installées sur la chaussée. Taxis, gbaka et autres véhicules de transport en commun y ont élu domicile.

Malgré les bulldozers … le désordre persiste

Difficile donc pour un piéton de se frayer un chemin dans cette longue file de voitures. Les stationnements anarchiques qu’on observe sur place notamment aux heures de grande affluence et les conduites hasardeuses des chauffeurs obligent à s’interroger sur la véritable fonction des trottoirs à Abidjan partant dans les différentes communes du pays.

Ce constat fâcheux interpelle par ailleurs sur le rôle que jouent les soldats en service rencontrés régulièrement à ce carrefour. Ces derniers sont sensés mettre de l’ordre et veiller au respect du code de la route. Mais, le désordre demeure sous leurs yeux.

A côté, ce sont les vendeurs et vendeuses à la criée qui ont signé leur retour sur le trottoir. L’opération de déguerpissement engagée il y quelques mois par la ministre de la salubrité et de l’hygiène publique ne semble pas avoir enlevé cette habitude de ‘’conquérants du bitume’’ aux commerçants et transporteurs d’Adjamé.

La commune de Treichville n’est pas une exception en la matière. Au célèbre carrefour ‘’Gare de Bassam’’, le constat est similaire : stationnements et dispositions de marchandises sont également visibles sur le trottoir.

Abobo peut tristement se vanter d’être l’épicentre de ce comportement qui s’apparente plus à l’indiscipline. En la matière, elle n’a en effet rien à envier aux autres communes abidjanaises. Dans cette agglomération réputée pour son désordre, le bitume et trottoirs sont transformés en hypermarché à ciel ouvert. En ce lieu, pas besoin d’attendre les heures de pointe pour se trouver confronter à de véritables problèmes de circulation.

Le carrefour de la Riviera 2 n’est lui aussi pas épargné. A quelques encablures de la pharmacie qui porte le nom dudit carrefour, les vendeuses d’aliments, les commerçants de téléphones portables et de friperies rivalisent d’incivisme.

Des conséquences souvent tragiques

L’occupation anarchique du trottoir provoque le rétrécissement de la voie. Piétons et automobilistes sont obligés de se disputer la chaussée.

Une situation qui perturbe la circulation. Les fréquents embouteillages constatés à Adjamé-Liberté et sur d’autres voies en sont la parfaite illustration.

Nul besoin ici de parler des diverses conséquences notamment économiques entrainées par les pertes de temps dans les interminables bouchons.

Les accidents eux sont récurrents. Récemment, alors qu’une jeune fille se trouvait sur le trottoir, elle a été mortellement fauchée par un camion transportant des bouteilles de gaz butane au carrefour de la Riviera 2.

Devant les nombreuses conséquences du phénomène d’occupation anarchique des trottoirs, des dispositions s’imposent. C’est certainement en ce sens que le Club Mobilité ACTUROUTE veut organiser ce vendredi 4 novembre une conférence autour du thème : « Quelle place pour les trottoirs dans l’aménagement de la route urbaine en Côte d’Ivoire ? »

Cette rencontre entre plusieurs acteurs des secteurs du transport, de la gestion des routes et de la construction d’infrastructures dont l’Ageroute, l’Oser, le ministère de la construction et de l’Urbanisme… devrait donc accoucher de solutions concrètes à ce problème aussi persistant que le cancer.

Cyrille Leverbe / Laseve.info

©2017 La Sève.info Tous droits réservés - Tél : 22 43 33 64 | Email : infos@laseve.info

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?