Cocody : Les taxis communaux observent une grève de trois jours

woro_woro _cocody

Les chauffeurs des taxis communaux appelés ‘’Wôrô-wôrô’’ ont disparu des rues.

L’ambiance était morose dans la commune de Cocody ce mardi après-midi. Les chauffeurs des taxis communaux appelés ‘’Wôrô-wôrô’’ ont disparu des rues. Ils observent une grève de trois jours. Le retour des taxes syndicales est l’origine de cet arrêt de travail. Mais pendant que les véhicules jaunes sont stationnés, les taxi-compteurs réalisent de bonnes affaires.

Les usagers des ‘’Wôrô-wôrô’’ de Cocody vivent un véritable calvaire en ce moment. Les taxis communaux ayant déserté les artères, il est difficile de circuler à l’intérieur de la commune. Ce mardi après-midi, les seuls véhicules de transport en commun visibles sur place, sont les taxi-compteurs et les ‘’Gbaka’’ assurant la liaison entre Adjamé – Cocody_Bingerville.

Selon des sources proches des chauffeurs, cette grève des ‘’Wôrô-wôrô’’ est consécutive au retour inopiné des taxes perçues par les syndicats de transporteurs.

Une taxe dont l’application est pourtant interdite depuis mai 2015 par le Maire de Cocody, N’Goan Aka Mathias, qui dans un souci d’assainissement du milieu du transport dans sa commune avait ordonné la suspension de tous les encaissements liés à l’activité syndicale dans les gares et sur les voies publiques pour une période.

« Autour de 9h ce matin, des syndicalistes sont arrivés au carrefour de la Riviera 2 pour nous vendre des tickets de 700 FCFA. Face à notre refus, ces derniers ont essayé d’user de la force pour nous obliger à nous exécuter », nous raconte un chauffeur qui a requis l’anonymat.

Notre interlocuteur visiblement très remonté a bien voulu nous livrer les détails de ce grief qui les opposent aux syndicats de transporteur.

« Les tickets qu’ils veulent nous vendre, ont été interdits depuis mai 2015 par le maire de Cocody. Brusquement, ils viennent nous annoncer que le maire a levé cette interdiction le 19 octobre dernier sans que nous ne soyons informés », s’est-il plaint, sans manquer d’indiquer : « nous observons ces trois jours de grève pour faire pression sur les autorités communales ».

Si au dire de certains transporteurs, des tractations sont en cours avec la mairie de Cocody pour résoudre le problème, pour l’heure les conducteurs de taxis compteur qui se sont substitués aux ‘’Wôrô-wôrô’’ se frottent les mains.

Pour avoir un taxi-compteurs, il faut jouer des coudes. Très sollicités, les transporteurs font monter les enchères. Les courses sont facturées au double voire au triple.

Ainsi, pour relier le carrefour de la Riviéra 2 à Anono, les infortunés passagers surpris par la grève, ont du débourser 200 FCFA et 300 francs Cfa. Un tarif qui a connu une hausse considérable aux heures de pointe.

Bonfils Bahié / Laseve.info

©2017 La Sève.info Tous droits réservés - Tél : 22 43 33 64 | Email : infos@laseve.info

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?