Côte d’Ivoire : La violence s’installe dans les établissements scolaires

eleves-dehors

Une manifestation d’élèves

On assiste ces derniers temps à un regain de violences dans certains établissements scolaires du pays. A l’approche des fêtes de fin d’année, les élèves manifestent pour précipiter leur départ en vacance de Noël. Une situation qui si elle se généralise pourrait porter un grand coup au quantum horaire d’apprentissage jugé insuffisant.

La violence dans les établissements scolaires occupe, ces temps-ci, le devant de la scène médiatique. Si dans la capitale économique ivoirienne, les cours se déroulent normalement, ce n’est pas le cas dans certaines localités de l’intérieur du pays.

Même si le phénomène n’est pas récent, il a pris actuellement des proportions inquiétantes. Dans la matinée de ce mardi, plusieurs centaines d’élèves de Divo ont sillonné, dès les premières heures, les lycées et collèges pour déloger les occupants et précipiter les congés de fin d’année.

Même scénario dans la ville de Dimbokro, où des élèves d’établissements secondaires publics et privés ont usé de coups de sifflet, de jets de pierres pour déloger leurs camarades qui recevaient les enseignements au Lycée moderne, au collège moderne, au collège privé « Challenge » et dans bien d’autres établissements.

Ils ont obligé leurs encadreurs à abandonner les salles de classes pour se réfugier. Certains s’en sont même pris aux policiers et gendarmes venus rétablir l’ordre en les accueillant avec des jets de pierres, ce qui a occasionné de temps à autres des coups de grenades lacrymogène pour les disperser.

Les perturbateurs entendent battre le pavé jusqu’au vendredi 16 décembre, a appris le correspondant local de l’AIP.
Dans la localité de Vavoua, le lycée moderne ne cesse d’essuyer les attaques d’une cohorte d’élèves pour la plupart encagoulés, armés de couteaux et de machettes.

Obligeant les élèves et enseignants, à abandonner les salles de classe pour se mettre à l’abri aux pas de course.Un élève en classe de terminale D, s’est vu enfoncer un couteau dans la cuisse. Il a eu la vie sauve grâce à ses condisciples qui sont venus le secourir. Un des policiers venu sécuriser le lieu, a aussi été séquestré par ces élèves furieux. En deux semaines, l’établissement scolaire a été la cible d’individus armés à trois reprises.

Les localités d’Abengourou, Bocanda, Bouaflé et Tiébissou n’ont pas échappé à cette triste réalité.

Depuis quelques années, les élèves se mettent en congé délibérément, foulant au pied les dates instituées par le ministère de l’Education nationale.

Didier McDonald / Laseve.info

©2017 La Sève.info Tous droits réservés - Tél : 22 43 33 64 | Email : infos@laseve.info

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?