Côte d’Ivoire / Grève des fonctionnaires : Le mouvement largement suivi sur le territoire national

fonct pub 1

Le bâtiment abritant le ministère de la Fonction publique

Abidjan911-Logo-Citoyen-Pastille-01-e1464346018591Plusieurs services publics de l’Etat et les établissements scolaires dans diverses localités du pays sont fermés en raison d’une grève lancée par l’Intersyndicale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (IF-CI) pour revendiquer une amélioration de leurs conditions salariales et de travail.

La grève déclenchée de cinq jours (09 au 13 janvier 2017) par la plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public de Côte d’Ivoire a paralysé l’Administration publique sur l’étendue du territoire national.

Dans la capitale du centre du pays, Bouaké secouée récemment par une mutinerie militaire, les salles de classe sont fermées dans la totalité des établissements publics.

Idem à M’bahiakro, Sakassou, Toumodi, Prikro où les portails des services de l’Etat, préfecture, sous-préfecture, impôts, mairie, sont hermétiquement fermés. Les cours ont été arrêtés tôt ce matin dans les établissements primaires, secondaires ainsi qu’une absence totale des agents de la préfecture et de la sous-préfecture ont constaté les correspondants de l’AIP dans le sud, à Sikensi, Tiassalé et Taabo.

La grève est également largement suivie dans les villes de Bocanda, Adzopé, Bouna, Daoukro et yamoussoukro. Des établissements scolaires et des services relevant de la Fonction publique dans ces villes, notamment la sous –préfecture, la représentation régionale de l’agriculture et la trésorerie départementale n’ont pas ouvert leurs portes. Un service minimum est cependant assuré dans les centres de santé de ces localités.

A Man et Biankouma, dans l’ouest du pays, les établissements secondaires et primaires sont fermés. Dans la ville précitée, des élèves ont manifesté pour exiger la réouverture des écoles et la reprise immédiate des cours. Ils ont fait le tour des écoles privées de la ville pour déloger leurs camarades, obligeant les structures visitées à fermer.

Dans le nord, à Ouangolodougou, à Tengrela, toutes les écoles publiques, du préscolaire au secondaire sont fermées.

Dans les autres administrations, la préfecture, la sous-préfecture, la direction régionale de l’agriculture, les services de la production animale, etc, les bureaux sont fermés à l’exception des centres de santé tel que l’hôpital général où quelques agents sont en poste pour, disent-ils « assurer le service minimum ».

Le même constat a été fait à Divo, Daloa, Bouaflé et à Issia (centre-ouest) et dans l’est, à Agnibilékrou, où quand ils ne sont pas fermés les agents eux brillent par leur absence ou refusent d’accomplir leur tâche quotidienne. Par contre, le mouvement de grève est partiellement suivi à Dimbokro et Séguéla.

Dans la capitale économique, les cours sont arrêtés dans tous les établissements publics. Dans le sud-ouest, la ville de San-Pedro n’a pas dérogé à la règle.

L’Intersyndicale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire réclame le retrait de l’ordonnance de 2012 portant organisation de la pension de retraite, le paiement du stock des arriérés, la revalorisation salariale, indemnitaire et des accessoires de salaire dont le paiement des 150 points d’indice, le respect de la liberté syndicale, ainsi que le retrait de l’impôt sur les traitements et salaires, et la contribution nationale.

Didier McDonald / Laseve.info 

©2017 La Sève.info Tous droits réservés - Tél : 22 43 33 64 | Email : infos@laseve.info

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?