Côte d’Ivoire / Fêtes de fin d’année : Le dispositif sécuritaire a bien fonctionné

fêtes

Photo d’archives utilisée à titre d’illustration

Abidjan911-Logo-Citoyen-Pastille-01-e1464346018591Les Ivoiriens ont célébré les fêtes de fin d’année dans la quiétude. Au-delà de quelques incidents et agressions signalés dans certains endroits, tout porte à croire que le dispositif sécuritaire fort de 4703 agents des forces de l’ordre, mis en place par les autorités, a bien fonctionné.

Pour la sécurisation des festivités de la fin d’année notamment la nuit de la Saint-Sylvestre, le préfet de police d’Abidjan, le commissaire divisionnaire Yao Kouamé Joseph avait annoncé le déploiement 4703 policiers, gendarmes et militaires dans tout le district d’Abidjan.

Le dispositif prenait en compte la surveillance des lieux de culte, des zones criminogènes ainsi que de tous les espaces ouverts au public. Les hommes issus de tous les corps (Police, Gendarmerie, Forces armées de Côte d’Ivoire) ont été fixés pour certains quand d’autres ont effectué des patrouilles pédestres ou motorisées. D’autres étaient en civil en contact direct avec les foules.

Ces forces étaient appuyées par le Groupement des sapeurs pompiers militaires (GSPM), l’Office national de la protection civile (ONPC), le Samu ainsi que des secouristes de la croix rouge. Des postes d’alerte et de premier secours ont été installés dans tous les lieux de grand rassemblement tenus par des hommes de ces différents corps.
Même si ce plan sécuritaire conçu autour de l’« anticipation », n’a pas empêché certains adolescents en conflit avec la loi, communément appelés ‘’Microbes’’ de sévir à Abobo-Akéïkoi, il a permis de mettre le grappin sur des agresseurs.

Dans la commune de Yopougon des éléments d’un groupe de délinquants qui tentaient de dépouiller des fêtards, ont été appréhendés par des policiers en civil.

Dans la plupart des communes que nous avons sillonnées dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, nous n’avons pas noté d’incidents majeurs. Les populations ont festoyé sous un tintamarre de pétards et de feux d’artifices qui comme il fallait s’y attendre a fait de nombreuses victimes.

Dans le quartier Sicogi 3 de Koumassi, le nommé Daouda Koné a failli perdre l’œil droit après avoir reçu un explosif en plein visage. Dans d’autres endroits, des utilisateurs de pétards se sont fait exploser la paume.

Didier McDonald / Laseve.info

©2017 La Sève.info Tous droits réservés - Tél : 22 43 33 64 | Email : infos@laseve.info

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?