Mutinerie militaire : la voie Abidjan-Bingerville fermée par des soldats mutins

Route-de-bingerville

La voie menant à Bingerville (Banlieue est d’Abidjan), passant par la Riviéra II dans la commune de Cocody (Abidjan), a été fermée à la circulation ce samedi matin par des militaires du camp d’Akouédo en colère lâchant des tirs en l’air, a appris l’AIP auprès du lieutenant-colonel Tchoumé Hervé, commandant de l’Ecole militaire préparatoire technique (EMPT) basée à Bingerville.

Selon le lieutenant-colonel Tchoumé Hervé, les bruits de bottes de ces militaires s’inscrivent dans le même cadre que les mouvements de grogne militaire constatés dans plusieurs villes du pays depuis vendredi.

Selon les mutins réclament le « paiement de primes », une « augmentation de salaires », une « réduction du temps à passer dans les grades » et des « éclaircissements à propos d’une supposée prime ‘ECOMOG ‘ » serait à l’origine de ces soldats.

Cette mutinerie militaire qui a éclaté vendredi dans quatre villes du pays, à savoir Bouaké (Centre), Daloa (Centre-ouest), Korhogo (Nord), Daoukro (Centre-est), s’est étendue, samedi, à des villes de l’Ouest, Man, Touleupleu, Duékoué, Taï, ainsi qu’à Tabou (Sud-ouest), Bouna (Nord-est) et Abidjan (Sud). Elle a également atteint les villes de Téhini (Nord-est) et Agnibilékrou, où des tirs se font entendre depuis la mi-journée de samedi.

Le ministre ivoirien de la Défense, Alain Richard Donwahi, est arrivé à Bouaké, samedi en début d’après-midi, pour entamer les discussions avec les soldats entrés en mutinerie depuis vendredi dans plusieurs villes du pays, dont Abidjan, la capitale économique.

Laseve.info avec AIP

©2017 La Sève.info Tous droits réservés - Tél : 22 43 33 64 | Email : infos@laseve.info

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?