CPI / Procès de Gbagbo et Blé Goudé : La libération provisoire de l’ex-président oppose les juges

gbagbo-laurent-cpi

Le procès de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé poursuivis pour ‘’crimes contre l’humanité », débuté en janvier 2016 se poursuit à la Cour pénale internationale (CPI). Les avocats de l’accusé ont introduit pour la 11ème fois une demande de libération provisoire à la Cour. Une requête qui divise les juges.

Différence. Les dix premières demandes de libération provisoire introduite par la défense ont toutes été rejetées à l’unanimité par les magistrats de la Chambre.

La 11ème par contre n’a certes pas été accordée mais elle a vu l’opposition d’un des juges. Il s’agit du juge-président qui s’est prononcé en faveur de la requête déposée par les avocats de M. Gbagbo.

Pour les partisans du refus dont Olaga Herrera Carbuccia et Geoffrey Hendersen, l’accusé pourrait profiter d’une éventuelle libération pour prendre la fuite arguant que ce dernier dispose d’un « réseau » de supporters qui pourrait l’y aider.

S’ils ne voient « pas d’indications spécifiques » montrant que les partisans de Laurent Gbagbo pourraient « enfreindre la loi » en organisant sa fuite, les juges refusent néanmoins d’en « écarter la possibilité ». Abondant ainsi dans le même sens que le procureur et conseils des victimes qui estiment que les manifestations régulières des nombreux partisans de M. Gbagbo et la pétition pour réclamer sa libération son la preuve de l’existence de ce « réseau ».

La majorité des juges qui estime également que Laurent Gbagbo risque la prison à vie devant la CPI explique que cette éventualité pourrait encourager le prévenu à la fuite en cas d’une libération provisoire.

A l’opposé, le président de la Chambre, Cuno Tarfusser trouve la position de ses collègues « étonnante » sur le fond et « radicale » sur la forme rappelant la présomption d’innocence de Gbagbo au stade actuel du procès.

Aux dires de M. Cuno, tout milite en faveur de la libération provisoire de l’ex chef d’Etat ivoirien.

La santé fragile de l’accusé, son âge avancé (71 ans), la longue détention –plus de 5ans dont 925 jours avant sa mise en accusation formelle- sont des éléments qui justifient un accord pour la requête de la défense.

Date du verdict ?

Le juge-président pointe du doit les défaillances du procureur Fatou Bensouda dans la constitution du dossier.

Selon les écrits de M. Cuno, la présentation de tous les témoins du procureur à la barre devrait s’achever mi-2019. Suivra le plaidoyer de la défense avant de connaitre la décision des juges de la Chambre.

Ainsi, le verdict de ce double procès de Laurent Gbagbo et de l’ex ministre de la jeunesse Charles Blé Goudé pourrait être connu courant 2022, estime RFI.

D’ici là, les avocats de Gbagbo tenteront certainement une nouvelle fois d’obtenir sa libération provisoire. A condition qu’un pays assez proche de la Cour pour lui permettre d’être présent tous les matins à l’audience accepte de l’accueillir et garantissent qu’il ne prendra pas la fuite.

Cyrille Leverbe / Laseve.info

©2017 La Sève.info Tous droits réservés - Tél : 22 43 33 64 | Email : infos@laseve.info

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?