Révélations Snowden : L’Afrique espionnée par les Américains et les Britanniques

L'ancien consultant de la NSA Edward Snowden.

L’ancien consultant de la NSA Edward Snowden revèle l’espionnage de plusieurs personnalités du continent par les les Etats-Unis et la Grande Bretagne

L’ancien employé des services de renseignements américains (NSA) Edward Snowden dans ses révélations portant sur les pratiques de surveillance mises en place par les Etats-Unis et la Grande Bretagne vers les chancelleries d’autres pays évoque l’espionnage de présidents africains et autres élites. Le journal ‘’ Le Monde’’ qui a épluché les documents fournis par l’informaticien présente l’ampleur de la surveillance.

L’Afrique aura été pendant longtemps spectatrice des révélations d’Edward Snowden.

Jamais citées, les chancelleries africaines se croyaient épargnées par la surveillance des services secrets américains et britanniques (GCHQ).
Pourtant, les journalistes de ‘’Le Monde’’ ont mis à nu l’espionnage de plusieurs personnalités du continent.

Entre 2009 et 2010, des présidents de la République, des anciens chefs d’Etat, premiers ministres et autres proches des présidents, diplomates, responsables militaires, hommes d’affaires… ont été mis sur écoute.

Les différents moyens de communication utilisés par ces personnalités de premier plan étaient surveillés par les services de renseignements des Etats-Unis et de la Grande Bretagne. Ainsi, leurs appels téléphoniques et mails personnels étaient interceptés.

Objectif : « capter les négociations stratégiques notamment sur la résolution de conflit et les tractations diplomatiques menées en Afrique », conclu Joan Tilouine, l’un des journalistes de ‘’Le Monde’’ ayant travaillé sur les documents.

« Vu de façon diplomatique, fait-il remarquer, il s’agit d’une atteinte à la souveraineté des Etats ».

Au-delà des élites politiques, économiques et militaires, les services secrets britanniques et leurs homologues américains s’intéressent aux diplomates étrangers et responsables d’institutions internationales basés sur le sol africain telles les Nations unies, Médecins sans frontière (MSF).

Loin de consacrer leurs efforts à la lutte contre le terrorisme par la collecte d’informations relatives aux groupes djihadistes dont ceux présents en Afrique, la NSA et le GCHQ se sont orientés dans l’espionnage diplomatique et économique du continent.

Des révélations qui viennent conforter les accusations évoquant le rôle des pays occidentaux dans la déstabilisation des Etats africains.

Le scandale date de près de sept ans. Et, il y a des fortes chances que la liste des personnalités surveillées se soit allongée et les pratiques d’espionnage accrues et améliorées.

Cyrille Leverbe / Laseve.info

©2017 La Sève.info Tous droits réservés - Tél : 22 43 33 64 | Email : infos@laseve.info

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?