Nigeria : Boko Haram en déroute

Nigeria

L’armée nigériane annonce avoir chassé Boko haram de son bastion dans la forêt de Sambisa

Le groupe terroriste basé au Nigéria s’est vu chassé de son principal bastion par l’armée nigériane la semaine dernière. Des centaines de combattants de Boko Haram ont été fait prisonniers quand d’autres ont fui les combats n’ayant nulle part où aller, annonce l’armée nigériane.

Son porte-parole le colonel Sani Usman annonçait en fin de semaine dernière que les soldats de l’armée régulière ont pris le contrôle de la forêt de Sambisa dans l’Etat de Borno (nord-est), fief du leader de Boko Haram, Abubakar Shekau et principal camp de l’organisation terroriste au Nigéria.

« Les terroristes étaient présents dans la forêt depuis que nous les avions chassé des villages qu’ils occupaient…. Mais dorénavant je peux affirmer qu’ils n’ont plus aucune base, ni aucun campement dans la forêt de Sambisa. Nous avons débarrassé la zone de leur présence », déclare-t-il.

Boko Haram ne possède donc plus de base militaire au Nigéria. Toutefois, le risque d’attentat et d’assassinat que pourraient perpétrer les djihadistes demeure.

Au colonel de prévenir : « Nous avons des informations selon lesquelles les terroristes ont fui le théâtre des opérations et tenteraient de se fondre parmi la population. Nous appelons donc les habitants à faire preuve de vigilance et à nous signaler toute personne ou tout mouvement suspect. »

L’opération qui s’est soldée par la prise du bastion de Boko Haram a par ailleurs permis aux soldats nigérians de libérer près de 1 900 prisonniers.

Dans le rang des terroristes, l’armée annonce avoir fait des centaines de détenus. Au même moment, près d’une quarantaine de combattants ont déserté les rangs de la secte islamiste pour regagner leur pays d’origine, le Niger.

Pour sonner le coup de glas de l’organisation terroriste, le président nigérian Muhammadu Buhari demande à l’armée de poursuivre les djihadistes encore dans la nature et de les traduire devant les tribunaux.

Un objectif difficile à atteindre d’autant qu’une autre faction de Boko Haram dirigé par Abu Musab al Barnawi, basée dans le bassin du lac Tchad reste opérationnelle. Et, les déserteurs pourraient se reconstituer en petits groupes avec de nouvelles recrues dans les pays voisins.

La capacité de nuisance de Boko Haram est loin d’être anéantie, selon les experts en sécurité.

Cyrille Leverbe / Laseve.info

©2017 La Sève.info Tous droits réservés - Tél : 22 43 33 64 | Email : infos@laseve.info

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?