Gabon : Bongo traduit devant la CPI pour « crime contre l’humanité »

Ali-Bongo-Ondimba02

Le président contesté du Gabon Ali Bongo pourrait être poursuivi par la CPI pour crime contre l’humanité

Ce jeudi, un dossier a été déposé devant la Cour pénale internationale (CPI) pour crime contre l’humanité à l’encontre des gouvernants gabonais, principalement le président Ali Bongo. L’auteur de la plainte n’est autre que Jean Ping.

Il ne démord pas. Le candidat déclaré perdant de la présidentielle gabonaise par les juridictions locales reste convaincu de sa victoire sur son rival Ali Bongo.

Il veut la tête de son adversaire. Jean Ping multiplie alors les actions pour évincer ce dernier du pouvoir. Ce, par la force ou la stratégie.

En manque de moyens pour la première option, Jean Ping opte pour la stratégie.

Emmanuel Altit, avocat intervenant auprès de la Cour pénale internationale, notamment dans le procès de l’ex-président ivoirien Laurent Gbogbo, vient de déposer au nom de M. Ping et d’organisations de la société civile gabonaise un dossier auprès de cette juridiction accusant le pouvoir de Libreville de « crime contre l’humanité ».

L’information est portée par Jean Ping sur son compte Twitter.

Dans l’argumentaire, les plaignants évoquent la ‘’répression sanglante’’ des manifestations de protestation des résultats de l’élection présidentiel notamment le 31 août 2016 au QG de M. Ping.

Selon le document publié par celui-ci, les forces de l’ordre aurait planifié cette attaque contre les manifestants. Toute chose qui mérite une poursuite par les tribunaux internationaux.

« Ces attaques qui ont fait de nombreux morts sont constitutives de crime contre l’humanité, crime de la compétence de la Cour pénale internationale », lit-on.

Ainsi, les victimes procèdent à la saisine de la CPI pour obtenir « justice ».

«Face à l’injustice et à l’impossibilité de faire valoir leur droits, le vainqueur des élections présidentielles, Jean Ping, la société civile se tournent vers la Cour pénale internationale pour que justice soit rendue aux victimes d’une dictature violente et corrompue », conclu le document.

La procureure de la CPI, Fatou Bensouda qui a réceptionné le dossier devra l’analyser et décider si oui ou non, l’actuel président gabonais, Ali Bongo doit comparaitre pour crime contre l’humanité.

Ping-BONGO Cpi

Cyrille Leverbe / Laseve.info

©2017 La Sève.info Tous droits réservés - Tél : 22 43 33 64 | Email : infos@laseve.info

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?